Râleur

28 janvier 2011

PARLE A MON CUL !

Calendrier des rythmes scolaires.

On parle de fatigue qui n'est sensible que pour les heures de cours.

Pour les heures passées devant l'écran des consoles de jeux ou des SMS, il n'en est plus question.

Pour se lever tôt le jour où l'on part en weekend, pas de problème !

L'enfant devient une marchandise confiée à des gardiens qui, accessoirement, doivent tenter de lui inculquer quelques bribes d'enseignement pour peu que l'élève consente à ne point juger son maître en fonction de compétences qui le dépassent, mais qui suffisent pour lui faire employer le 'nul' de défense.

On va morceler les vacances pour donner un second souffle à l'économie. Là, on ne parle plus d'égalité.

On va supprimer les langues qui ne présentent plus d'intérêt, espérons qu'un jour la nôtre ne figure pas dans la liste, mais on veut apprendre la philo en maternelle.

On va alléger les cartables pour ne pas abimer son dos. Il a bon dos ce souci physique, mais la marque du cartable doit être primordiale, et puis, ces ordi portables si légers ne doivent leur  servir qu'à la maison pour faire croire qu'ils travaillent !

Le téléphone portable est indispensable, surtout pour ceux qui ne savent pas où ils habitent.

Pourquoi apprendre tant de choses inutiles qui sont en plus écrites dans des livres qu'on n'ouvre pas et dont on n'est même pas capable de lire correctement le titre !

Et un nouveau préposé à l'éducation nationale va y aller de sa réforme pour laisser une trace de son passage dans les nouveaux calendriers scolaires.

Ça et là, on entend et on lit que le niveau des enfants est proche de l'illettrisme, on sait que la jeunesse représente la force d'une nation et tout ce qu'on trouve à faire est de réduire le nombre des profs.

C'est un peu comme lorsqu'on a décrété qu'il fallait mettre des terres en jachère et que maintenant on s'aperçoit qu'on va manquer de matières premières.  

De toute manière, de l'avis des profs, on s'en fout, puisqu'on veut réduire leur nombre en utilisant tous les subterfuges possibles, même en leur faisant miroiter une prime aux résultats, tout en sachant très bien qu'on veut remplacer l'école publique par la privée.

Si la même politique du résultat était appliquée aux hommes politiques nous n'aurions plus de gouvernement depuis longtemps !

Posté par ritondecannes à 09:06 - actualité - Commentaires [85] - Permalien [#]

Commentaires

  • c'est du n'importe quoi!

    Tous les ministres de l'Education Nationale, qui sont passés par là, leurs premières réformes importantes, ont été le remaniement des dates des vacances scolaires!!!!Et cette fois ci c'est du n'importe quoi Pour le reste nenni!!

    Ce n'est pas de l'actualité pour moi, c'est un coup de gueule!!!
    Riton, tu as touché du doigt là où cela( me ) fait mal....

    Posté par charlotte75, 28 janvier 2011 à 10:38
  • des économies sur l'enseignement : scandaleux

    l'enfant devrait être une priorité pour le gouvernement : son éducation, son savoir. l'idéal pour lui serait d'être au moins élevé par sa mère jusqu'à ce qu'il entre à l'école mais non : les parents préfèrent ce qui est indispensable pour eux : la bagnole, la télé, les tél. portables, etc etc. les vacances à la mer, bref tout ce qui peut manger leur argent et nécessiter que maman aille travailler.

    a l'école les classes ne devraient pas dépasser 20 élèves et je suis pour la séparation des filles et des garçons sinon ils s'habillent pour plaire, ce qui n'est pas normal à leur âge, et ils sont toujours distraits.

    économiser sur les écoles est le pire choix des autorités, ainsi d'ailleurs que d'économiser sur le personnel (et la formation) dans les hôpitaux.

    Enfin, c'est mon avis qui n'engage que moi !

    Posté par nina, 28 janvier 2011 à 10:51
  • nina

    Oui, les garçons en bleu et les filles en rose et la croix au milieu

    Posté par la comère, 28 janvier 2011 à 10:55
  • !!!

    n'allons pas dans les extrêmes tout de même !

    Posté par nina, 28 janvier 2011 à 11:11
  • Une blouse !

    Un vêtement identique pour tous, comme avant, ils sont là pour étudier.

    Posté par biscottine25, 28 janvier 2011 à 11:15
  • Je m'habille pour plaire ;-)

    Je pense que les filles et les femmes choisissent leurs vêtements pour plaire ou être remarquées par les autres filles. Si les hommes avaient voix au chapitre, on aurait beaucoup de surprises. La plupart des grands couturiers ( pas tous ) sont homosexuels.
    C'est mon avis et ça n'engage que moi.

    Posté par Fredix, 28 janvier 2011 à 11:23
  • Allez...

    tous et toutes en Lacoste, comme ça pas de jaloux, na....

    Posté par LIZ60, 28 janvier 2011 à 11:45
  • @LIZ60

    J'fais comment moi ? J'ai la phobie des crocodiles ? Au secours !

    Posté par ZAZAMIMOSA, 28 janvier 2011 à 12:01
  • C'vrai

    Avant de se vêtir, on choisit dans sa 'garde robe' ou pantalon, des vêtements qui nous plaise.
    Mais qui nous plaise d'abord!
    C'ce que je pratique
    Si je plais à d'autres c'tant mieux
    Dans le cas contraire c'tant pis hiiihihih

    Sérieusement nous sommes dans une époque du PARAITRE, et les enfants choisissent ce qui les rendront 'spéciaux' aux yeux des autres.
    Les parents poussent souvent, faut le dire!

    A l'orphelinat nous étions toutes habillées de la mm façon, çà ne m'a jamais gêné, je ne connaissais rien d'autres comme mes camarades de l'époque.
    Nous étions une classe unique et nous étions 'axées' sur l'étude que nous enseignait la religieuse, je peux la remercier.

    Maintenant je m'habille pour me faire plaisir, et, çà dépend des jours aussi!
    En ce moment c'gros pull, grosses chaussettes, cache-nez oui on y a froid, gants, bonnets, que du confort, et pas de poitrine à l'air, c'trop dangereux,(je rigole)
    vivement le printemps, puis l'été, sur la plage ensoleillée, coquillages et...........

    Bonne journée tous au chaud ici vent E/N/E

    Posté par Momo14, 28 janvier 2011 à 12:13
  • @ Momo

    Dis, tu viens de te déshabiller complètement...
    te mettre à nue.... (sens figuré) mais tout de même Loulou va sauter dessus car le mot "nue" le met en transe.

    Heureusement pour le line-dancing tu as tes bottes "suppositoires", ta chemise à gros carreaux et ton boléro à franges et maintenant tu te démarques des autres.
    Eté comme hiver, pas de chaussettes, ni de collants, pieds nus dans mes scholls roses : même pas froid...un pantalon de toile et un t-shirt. Ce matin j'ai rajouté un pull kookai que portait une de mes filles quand elle avait 15 ans, c'est un "collector" maintenant.
    Un vague soleil cherche à poindre.

    Posté par LIZ60, 28 janvier 2011 à 12:27
  • Sinon, djellaba pour tous !

    Exiger, une tenue correcte, bannir les tailles basses, où l'on voit le string et plus.., autant pour les hommes, montrer le caleçon pas top. Respect et discipline, dans le milieu scolaire

    Posté par biscottine25, 28 janvier 2011 à 12:36
  • Comme tu dis Biscottine, la bisontine

    J'ai déjà vu une fille voilée mais dont on voyait le string et le début des fesses : très très classe et bien accord avec la "tête" et les principes qui vont avec.

    Posté par LIZ60, 28 janvier 2011 à 12:40
  • Qui va payer ?

    Pour en revenir au sujet de départ, je trouve que c'est bien joli de vouloir raccourcir les grandes vacances mais il reste un problème : les profs n'étant pas payés pour les deux mois d'été (leur traitement ne concerne que 10 mois étalés sur 12)les 15 jours rajoutés devront-ils être effectués bénévolement ? Je vois mal comment on peut vouloir faire des économies en réduisant toujours plus de postes dans l'éducation nationale et payer davantage les profs restant ...
    Mais bien sûr, les profs étant de grosses feignasses qui ne bossent que 18 heures par semaines et passent le reste du temps à glander, faire grève et accumuler les congés maladie (quand ils ne traumatisent pas gravement les enfants en tentant de leur inculquer quelques connaissances inutiles), ça ne leur fera pas de mal de se mettre un peu au boulot et d'enfin mériter leur salaire !

    Posté par dinotoutbeau, 28 janvier 2011 à 13:00
  • @Liz

    Il y aurait beaucoup à dire, mais nous n'allons pas refaire le monde..! Mais l'avenir de nos petits-enfants,n'est trop pas rassurant!

    Allez,je vais braver le froid et faire une petite marche.
    Bonne journée

    Posté par biscottine25, 28 janvier 2011 à 13:10
  • Qui connait?

    La ride ou le sourire (je ne sais plus)du plombier

    Ben voui quand il se baisse hein?
    Taille basse ou pas!

    Posté par Momo14, 28 janvier 2011 à 13:14
  • C'est du joli...

    Riton vous parle de l'éducation de vos mioches, et ça fini par des petites culottes !
    Mais vous ne pensez qu'à ça !
    Loulou petiteculottologue...

    Posté par loulou le filou, 28 janvier 2011 à 14:31
  • qui a dit ?

    une école qui ferme, et c'est deux prisons qui s'ouvrent !

    mais comme les prisons sont, elles aussi, privées..... no comment ....

    Posté par sacajawa, 28 janvier 2011 à 15:37
  • Les vêtements....

    ...prennent bien trop d'importance dans la tête des enfants. Je le constate tous les jours avec une de mes petites filles, l'autre s'en fout complétement et peut très bien partir pour le collège habillée n'importe comment, les premiers trucs qui lui sont tombés sous la main. En revanche, la plus âgée est du coquetterie phénoménale. Elle sait tout sur toutes les marques, sait très bien choisir ses vêtements et préfèrerait geler que porter un pull qui ne lui va pas. Pour mettre les affaires de sport, il faut absolument un sac "pliage de Longchamp", qu'elle a piqué dans mon placard, tout en déplorant qu'il soit kaki et non pas noir, comme il aurait fallu... Parfois, ça m'énerve.

    La fatigue, oui, bien sûr ! c'est vrai pour certains gosses vivant à la campagne et obligés de faire deux heures de trajet en bus pour gagner le collège, ou même l'école primaire, si on a supprimé l'école du village.

    Toutefois, si les enfants se couchaient plus tôt, passaient moins de temps en jeux divers, ils seraient moins fatigués. Si les enseignants étaient plus nombreux et les classes moins chargées, tout irait pour le mieux. Mais les classes peu chargées, c'est réservé à des trucs genre école alsacienne ou le vulgus pecum ne va pas.

    Posté par Julie des Hauts, 28 janvier 2011 à 15:38
  • Dommage

    que l'autorisation du mariage homo vient d'être refusé..........sans quoi, jaurais demandé à nina de m'épouser tant nos idées se rencontre !

    INCROYABLE d'être à ce point réactionnaire.

    Posté par Jakotte, 28 janvier 2011 à 16:30
  • A lire,

    de Jean-Paul Brighelli " La fabrique du crétin"... la mort programmée de l'école.

    O'scours les Adolé-chiants... suis en plein dedans.. !!! heurk.. !!

    Posté par Val, 28 janvier 2011 à 16:32
  • La France.....

    ...qui fut jadis à l'origine des grandes idées et des révolutions se confit en conservatisme et en dévotion.

    Quand on pense que des pays de grande tradition catho comme l'Espagne, ont autorisé ces mariages, sans que cela dérange qui que ce soit !

    Posté par Julie des Hauts, 28 janvier 2011 à 16:43
  • bonjour à tous,

    riton, celà fait longtemps que je suis ton blog et j'y prend beaucoup de plaisir, je me retrouve beaucoup dans tes écrits, on se sent moins seul

    je réagis aujourd'hui à ton billet. j'ai un doctorat de physique et par un concours de circonstance je me retrouve au chômage et depuis ce matin avec la possibilité de me retrouver a eff"effectuer une mission en tant que vacataire pour notre chère éducation nationale. je reprends en main 6 classes de lycée professionnel qui n'ont pas eu de cours de maths depuis un bon mois, pas de crédits, ceux de la nouvelle année n'arrivent que maintenant... triste constat pour eux, contrat précaire pour moi avec une rémunération a 1200 euros par mois environ lorsqu'il n'y aura pas de vacances, car vacances = nada, surtout si je déduis l'essence, ben oui c'est pas à côté, surtout que j'ai deux affectations distantes de 5à bornes en plus. la précarité existe en effet à tout les niveaux, autant sur la qualité de l'éducation avec des arrêts démesurés que pour les enseignants titulaires qui sont de plus en plus nombreux 'pas près de s'arrêter vu que pas de recrutements de nouveaux titulaires). comme dirait l'autre "m'enfin!"

    en tout cas on a un beau n'avion sarko one, nous sommes sauvés!

    Posté par pistolero, 28 janvier 2011 à 18:47
  • Pistolero...

    ...un motme vient à l'esprit : bon courage !!!

    Vacataire, dans un LP, que dis-je, dans deux LP, c'est vraiment conforme à ce que devient notre chère Education Nationale.

    NOtre jeune voisin, prof certifié de physique dans un lycée voisin, a vu sa section de BTS supprimée. On lui proposait sans rougir un poste similaire à trois cents kilomètres de son habitation. Il faut savoir que sa femme bosse dans le privé, qu'ils viennent d'acheter une maison, et qu'il n'avait pas la possibilité, bien entendu de faire la route tous les jours.

    Il se retrouve, et encore heureux, avec des classes de LP en physique, une ou deux en maths, face à des gamins assez peu motivés, mais sur place.

    Soyez bien vigilant pour obtenir votre premier salaire, car les rectorats ne sont jamais pressés quand il s'agit de payer les vacataires.

    Je me souviens avoir attendu quatre mois mon premier (maigre) salaire. Ce n'était pas dramatique puisque mon mari travaillait, mais quand même. J'espère qu'ils ont fait un peu de progès dans ce domaine.

    Posté par Julie des Hauts, 28 janvier 2011 à 19:16
  • Pistolero...

    Comme Julie Des ohhh !! , deux mots me viennent à l'esprit " bon courage " .. !

    BONNE SOIREE et BON WE à tous zé toutes.

    Posté par Val, 28 janvier 2011 à 19:31
  • Les 7 nains....

    Les rares « profs » qui nous restent,deviennent « grincheux », on peut les comprendre d’autant que les gosses sont de moins en moins « timides », et ne serions nous pas gouvernés par des gens « simplets »… ?

    Jules Ferry devenu un grand « dormeur » doit se retourner dans sa tombe.
    Une approche « joyeuse » à ce problème, me semble que si la femme est l’avenir de l’homme, l’enfant l’est aussi..

    Ah mince, je viens d’exploser mon écran… un rhume des foins, car cela devrait faire un foin…

    « Atchoum »,je n’ en peux plus de ces choses qui arrivent chaque jour et qui nous enlisent… !

    Posté par porte-plume, 28 janvier 2011 à 19:55
  • @Porte-plume

    Bonne analyse, la crise vue avec humour !
    Bravo porte-plume !
    Bonne soirée

    Posté par biscottine25, 28 janvier 2011 à 20:15
  • Porte Plume

    ...un seul mot : bravo. Il fallait y penser.

    Posté par Julie des Hauts, 28 janvier 2011 à 23:07
  • Porte-Plume

    Ah oui bravo.... !!!

    Et quand ils rentrent tous chez eux, ils chantent : Hey, héo, on rentre du boulot ... !!

    Bises glagla !!

    Posté par Val, 29 janvier 2011 à 07:24
  • @Val

    Quelle bonne humeur..En ce samedi très frileux
    Bonne journée

    Posté par biscottine25, 29 janvier 2011 à 07:48
  • Pardonnez moi, les fillles...Mais...

    Je suis d'accord avec nina.
    Moi même ai décidé d'arrêter de travailler à la naissance de mon fils. Je souhaitais l'accompagner à chaque endroit de son chemin. Etre une maman présente. Je l'ai fait et ne le regrette pas.

    Lui non plus d'ailleurs.

    Puis j'ai repris mon travail quand il est entré en 6ème. Car je savais que maman était là. Mes parents, toujours présents. Ils le conduisait à l'école, venaient le rechercher.

    Mon petit voulait me voir, et tous les jours il était là. Il voulait me montrer ses notes,(quelles soient bonnes ou mauvaises) il venait à mon bureau. Je ne connais pas les 35 heures et ne les aient jamais connues.

    Puis, une mutation pour mon époux. Le Drame pour nous trois.

    J'ai quitté mon travail. Mon fils, ses copains, notre maison, enfin tout. Difficile pour moi de retrouver du travail après.

    Une longue histoire.

    Mais jusqu'à la fac, j'étais à la porte du lycée, à n'importe quelle heure. Aucune gloire à moi, comme nina je pense, et beaucoup d'entre-nous sûrement.

    Je suis pour les blouses.

    Et quand "commère" dit rose ou bleu. Je rigole. Car les "rose ou bleu", je connais. Très bien même, sans la croix.

    Je vous embrasse tous.

    Dam

    Posté par Damgoudic, 29 janvier 2011 à 07:50
  • égalité...

    Hello, Dam...Oui, je me souviens de l'école primaire sauf que nos blouses étaient grises...Nous portions des culottes courtes et sur les photos de classe, on avait presque tous les genoux "couronnés"...égalité quasi parfaite...

    Posté par mister doma, 29 janvier 2011 à 07:58
  • Dom, de quoi tu causes?

    Ne me dis pas que tu es déjà debout. Ben oui forcément, vous les garçons étiez en blouses grises. Comme B.

    Mais tu sais bien que je suis si jeune par apport à toi.... Dam rigole. Moi pas connaître.

    Les genoux "couronnés".... Moi c'est maintenant...

    Punaise t'es en congé.... Vas dormir un peu.

    Gros bisous à Lili, cours y vite de ma part. boufff tu viens de lire mon com

    Je t'embrasse

    Dam (et te reponds)

    Posté par Damgoudic, 29 janvier 2011 à 08:30
  • Moi aussi, j'étais couronnée des genoux sous ma blouse rose. Les stigmates du couronnement sont d'ailleurs encore visibles.

    Posté par Sucré-Salé, 29 janvier 2011 à 08:59
  • Ecole....

    ...En ce moment dans ma chorale de "vieux", on chante une chanson peu connue de Pierre Perret.
    "Les tabliers bleus", aucun rapport, dites-vous, cette pauvre Julie radote, mais non, mais non.

    La chanson relate l'histoire de Pierre Perret, pendant la guerre, et les écoliers portaient des tabliers bleus. C'est une assez jolie chanson qui me rappelle des souvenirs, bien que je sois, quand même, plus jeune que Pierre Perret.

    Nous, nous ne portions pas des blouses de la même couleur, mais tout le monde portait une blouse de coton, cousue par les mamans, et qui devait absolument être neuve le jour de la rentrée. Mon école était une école de filles, je n'ai connu la mixité qu'à partir de la sixième, et les garçons avaient "leur" cour de récré et les filles la leur.

    Posté par Julie des Hauts, 29 janvier 2011 à 09:37
  • @ sucré-salé

    Ho! Alors un point commun avec moi! Nos petites blouses, ne nous auront point épargné le pire. Et nos genoux en portent encore les stigmates....

    Mais qu'en est-il des genoux de Mister Doma?

    Hummm!!! Je voudrais bien les voir???? Ils doivent être bien plus écorchés que les nôtres? Normal, c'est un garçon...

    Bises

    Dam

    Posté par Damgoudic, 29 janvier 2011 à 09:38
  • L'ECOLE EST FINIE...

    Porter un tablier bleu pendant la guerre ce n'était pas bien grave... par contre s'il y avait une étoile jaune sur le bleu du tablier les choses étaient différentes...
    Comme toi Julie, je n'ai connu la mixité qu'en 6ième... J'étais dans une école publique et malgré tout ce sont des soeurs qui m'ont appris à lire et à écrire... C'était le statut de l'Alsace-Lorraine à l'époque...
    C'est vrai que l'école d'aujourd'hui est en bien piteux état... Etre enseignant aujourd'hui n'est pas une sinécure... Coincé entre les parents de plus en plus procéduriers et une hiérarchie omniprésente, avec des crédits de misère. Et je ne parle pas de la mentalité des élèves qui se dégrade au fil des années...

    Posté par ZAZAMIMOSA, 29 janvier 2011 à 10:05
  • Laissez-moi y croire encore!!

    " Notre jeunesse d'aujourd'hui est mal
    élevée ; elle se moque de l'autorité et n'a plus de respect pour les anciens. Les enfants d'aujourd'hui répondent à leurs parents et bavardent bien souvent au lieu de travailler ". Ces propos que l'on pourrait croire issus de nos conversations, sont tout simplement ceux de Socrate, c'est-à-dire, datent de - 420 av J.C. ! En remontant encore un peu dans le temps, on peut entendre Esione en - 720 av J.C affirmer : " Je n'ai plus d'espoir pour l'avenir de notre pays parce que la jeunesse est devenue sans retenue et simplement terrible ! " Ou encore, dans les ruines de Babylone, sur une palette d'argile vieille de 3000 ans : " Les jeunes gens, seront-ils capables de maintenir notre culture ? "… Éternelle question des hommes qui pensent que la génération suivante ne sera pas à la hauteur de ce que l'on a été !

    Posté par nouette, 29 janvier 2011 à 10:17
  • Chanson.....JJ DEBOUT

    En casquette à galons dorés
    En capote à boutons dorés
    Tout au long des jeudis sans fin
    Voyez passer les orphelins.

    Posté par Momo14, 29 janvier 2011 à 10:21
  • Et...

    Je préconise le retour au lavage à la main, aux pulls tricotés main et à l'attente doucereuse de la femme dont le mari reviendra éreinté d'une dure journée de travail .Il plongera dans le canapé et sirotera son whisky 15ans d'âge avant de passer à table . Oui, vive la femme au foyer!
    Non, je ne pense pas que chacune de nous ( peut-être une ou deux!!!)serait prête à retourner à cette époque...Nos enfants non plus, ce sont leurs yeux qui s'écorchent devant les écrans...Oui, mais à qui la faute !!!Essayons de positiver, et ne nous retournons plus en arrière,
    tout était loin d'être aussi rose..Sinon que nous étions plus jeunes!!!!

    Posté par nouette, 29 janvier 2011 à 10:30
  • A nouette...

    Entièrement de ton avis !

    Posté par loulou le filou, 29 janvier 2011 à 10:36
  • Le passé....

    ...je l'ai évoqué, mais cela ne signifie pas que je le regrette.

    Je me souviens de mes grands-parents, qui n'avaient même pas la sécurité sociale. Ma grand-mère était cardiaque et le médecin du village devait parfois venir en pleine nuit pour lui faire une piqure. Comme il était brave homme et qu'il avait compris la situation, il avait appris à maman à faire elle-même la piqure, pour lui faire économiser le prix de la visite. Je me souviens que maman cousait absolument tout, même ses soutien-gorge, en prenant modèle sur le seul qu'elle avait acheté. Je me souviens de la lessive faite à la main, à la fontaine, du linge étendu au grenier et qui était raide comme une planche tellement les hivers étaient froids.
    Je me souviens du bain prix dans la cuisine, de l'eau qu'il fallait chauffer sur la cuisinière, car de chauffe eau, il n'y avait, pas plus que de machine à laver. Je me souviens que ma mère, qui avait été femme au foyer hyper active, genre cultiver deux immenses jardins, faire des conserves, élever des lapins et des poules, coudre et tricoter absolument tous les vêtements de la famille, dire qu'on n'avait vraiment été un peu à l'aise (relativement) chez nous, que quand elle était allée travailler à l'extérieur.

    Personne, même les plus nostalgiques, ne voudrait revivre comme ça, en tout cas, pas moi.

    Posté par Julie des Hauts, 29 janvier 2011 à 10:48
  • Le bain...

    ...pris, bien évidemment !

    Posté par Julie des Hauts, 29 janvier 2011 à 10:49
  • Nouette

    Vous n'avez pas tout à fait tort. Quant au whisky de 15 ans d'âge.... Avalé sur canapé... Permettez moi d'en rire. Mais heureusement que ce n'est pas chez tout le monde et tous les jours.

    Mais je pense qu'effectivement, un époux éreinté de travail, préfère rentrer chez lui, avec un repas prêt, des enfants qui ont fait leurs devoirs, une maison propre, un moment partagé sereinement avec les siens, qu'une attente obligeant une pause whisky où autres, pendant que les enfant s'écorchent (selon vos termes) les yeux devant leur ordinateur, et Madame qui fourgonne en râlant, un repas vite fait sur le
    pouce.

    Désolée, si je fais référence à vos une où deux. Mais oui, je dois en faire partie.

    Il n'y a pas d'époque, il n'y a que des règles. Et pour moi, les enfants sont une priorité, leur père, puis nous.

    Oui je suis peut-être à vos yeux très rétrograde, mais c'est un choix de vie, qui me convient tout à fait.

    De surcroît, je suis libre comme l'air.

    A chacun son trip!!!! Mais je comprends les autres aussi.

    Damgoudic.

    Posté par Damgoudic, 29 janvier 2011 à 11:25
  • A Damgoudic

    Peu de personne actuellement ne choisissent volontairement de ne pas travailler...Si votre mari gagne bien sa vie, tant mieux, mais n'oubliez pas que vous n'êtes jamais à l'abri d'une séparation entre vous et là...Je vous sais très pratiquante et vous souhaite longue vie ensemble sincèrement mais...Une ancienne collègue infirmière,, de religion "tradi", 6 enfants...Qui ne travaille plus, bien sûr, mais dont je me souviens, avait un papa de même pensée...Mais plutôt bien volage, maman fermait les yeux....On ne divorce pas.
    Mes enfants sont une priorité, mais pas mon mari, non! Je travaille de nuit, ou tôt le matin, 5h debout, j'ai un espace temps suffisant pour rendre ma maison nickel et je suis maniaque et faire à manger, je suis plutôt "fait maison" mais je suis une grande bosseuse et m'endort devant l'écran....Mais je serai toujours indépendante de mon petit homme même si on s'aime depuis 28 ans..

    Posté par nouette, 29 janvier 2011 à 12:33
  • Bravo nouette

    .... sauf exception qui confirme la règle (il paraît qu'il y en a toujours), à mon avis, pas de vraie liberté sans indépendance matérielle . En cas de coup dur ou de coup tordu, c'est risqué. Tous les cas sont particuliers, mais dans la mesure du possible, chacun s'assume et se respecte. Et pour éviter "l'attente, obligeant une pause whisky ou autres", une suggestion,
    http://membres.multimania.fr/returnliberty/rosieriveter.jpg
    Just kidding !

    Posté par Sucré-Salé, 29 janvier 2011 à 13:15
  • Le tablier de ma Grand-mère!

    Te souviens-tu du tablier de ta grand-mère ?
    Le principal usage du tablier de Grand-mère était de protéger la robe en dessous, mais en plus de cela :
    Il servait de gant pour retirer une poêle brûlante du fourneau.
    Il servait pour essuyer les larmes des enfants, et, à certaines occasions, pour nettoyer les frimousses salies.
    Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les œufs.
    Quand des visiteurs arrivaient, le tablier servait d’abri à des enfants timides.
    Et quand le temps était frais, Grand’ Mère s’en emmitouflait les bras.
    Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet, agité au dessus du feu de bois.
    C’est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec jusque dans la cuisine.
    Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes :
    En fin de saison, il était utilisé pour ramasser les pommes tombées de l’arbre.
    Quand des visiteurs arrivaient de façon impromptue, c’était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait faire la poussière.
    A l’heure de servir le repas, Grand’ Mère allait sur le perron agiter son tablier, et les hommes aux champs savaient aussitôt qu’ils devaient passer à table.
    Grand’ Mère l’utilisait aussi pour poser la tarte aux pommes du four sur le rebord de la fenêtre pour qu’elle refroidisse.
    De nos jours, sa petite fille la pose là, pour la décongeler.
    Il faudra de bien longues années avant que quelqu’un invente quelque objet qui puisse remplacer ce bon vieux tablier qui servait à tant de choses.

    Posté par biscottine25, 29 janvier 2011 à 13:27
  • Très joli texte, découvert il y a quelques années. Les grand-mères de jadis avait toutes un tablier comme cela, magique.

    Posté par Sucré-Salé, 29 janvier 2011 à 13:53
  • et le béret du grand-père...

    Multi fonction également...vissé sur un coin de la tête pour protéger du soleil et de la pluie, pratique pour ranger le papier à cigarettes dans un repli ou utilisé comme engin dissuasif pour chasser les mouches, flanquer une rouste aux gamins pas sages et aux chiens mal dressés...

    Posté par mister doma, 29 janvier 2011 à 14:10
  • Jadis..

    ..Chaque chose avait son utilité !
    Et le martinet, peu utilisé, mais il faisait peur.

    Posté par biscottine25, 29 janvier 2011 à 14:24
  • C'fou

    Comme depuis le 28 on parle à l'intitulé du blog!!!

    C'bien!!!
    .....donc nos têtes ne sont pas malades mdr )

    Posté par Momo14, 29 janvier 2011 à 14:50
1  2    Dernier »

Poster un commentaire